La Cathédrale Rouge : incursion espagnole en Russie

Par Lucien Malebeste

Publié le 1 août • Lecture 4 min. •  1761 vues

La Cathédrale Rouge : incursion espagnole en Russie

Avant de voir la boîte de ce jeu en boutique, on pourrait l’imaginer plus grande. Ce petit format contient-il réellement un jeu « expert » et même, toute une cathédrale ?

Tric Trac

Sheila Santos et Israel Cendrero, les deux têtes du studio Lama Dice, nous proposent d’édifier la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux, édifice iconique de l’architecture traditionnelle russe situé sur la place rouge.

Tric Trac

Nous sommes au XVIe siècle, architectes rivalisant pour plaire au tsar Ivan, dit le Terrible. Le plan de construction est déterminé par la pioche d'une carte montrant la disposition des 12 à 24 cartes (selon le nombre de joueurs en lice) qui formeront la cathédrale. Bases, sections intermédiaires et dômes sont placés sur leur face « crayonnée » en attendant d’être construites. Elles seront retournées sur leur face de cathédrale construite lorsqu’un joueur y aura amené les ressources nécessaires, combinaison de 3 ou 4 éléments de bois, brique, pierre, or, gemme verte et gemme violette. Ce côté crayonné mentionne encore un gain de points de reconnaissance et de roubles.

Tric Trac

 

En quête de reconnaissance et de prestige

Les points de reconnaissance font progresser sur la piste de score, laquelle à une double numérotation, une pour les points de reconnaissance, l’autre pour les points de prestige. Ces derniers, moins nombreux, sont comme des paliers sur la piste. En effet, on utilise un seul marqueur par joueur pour comptabiliser ses points et on avancera plus vite en gagnant du prestige que de la reconnaissance, surtout si cela se produit rapidement dans la partie, car cet écart entre les deux types de points se réduit beaucoup à mesure qu’on progresse en score. Les points de prestige ne peuvent être gagnés durant la partie que via l’ajout d’ornements sur des sections de cathédrale préalablement construites (par soi-même ou d’autres). Seuls 4 ornements sont disponibles pour chaque joueur (pour une porte, 2 fenêtres et un toit) et le nombre de points qu'ils rapportent dépend des gemmes qu'on consacre à leur fabrication. Les autres points de prestige sont pour la fin de partie, laquelle intervient lorsqu’un joueur a construit 6 sections de la cathédrale. Chaque tour de l'édifice (chaque colonne de cartes) rapporte alors du prestige en fonction du nombre d’éléments qui la composent, chaque joueur marquant selon sa présence sur cette tour : le joueur qui y a le plus de sections construites et d’ornements gagne la valeur totale de la tour, le second n’en gagne que la moitié et ainsi de suite.

Tric Trac

 

Le tour d’un joueur est consacré à l’une des trois actions suivantes : acquérir des ressources du marché, revendiquer une section de cathédrale ou bien amener des matériaux à la cathédrale et éventuellement construire avec.

Tric Trac

Effectivement, pour construire une section il faut se l’être d’abord appropriée en posant l’une de ses bannières dessus. Ces bannières sont prises sur le plateau atelier personnel du joueur qui fait l’action. Ce faisant, il libère une place qui servira à entreposer un matériau de plus et il récupère la tuile atelier qui avait été disposée sur la carte cathédrale à la mise en place du jeu. Placée sur le plateau atelier, cette tuile rapporte dorénavant un bonus (matériau ou point) lorsqu'on utilise le dé de la couleur correspondante.Tric Trac

Les sections doivent être revendiquées dans l’ordre en partant de la base pour chacune des tours de la cathédrale. Attention, si vous lambinez et qu’un joueur a construit au dessus d’une section que vous n’avez pas finie, vous allez comprendre pourquoi Ivan est surnommé le terrible ! C’est sans pitié aucune que celui-ci vous fera reculer un peu sur la piste de score, quelle infamie !

 

Tric Trac

Des dés à lancer ?

Acquérir des ressources se fait en déplaçant un dé sur le plateau central. On a le choix du dé, qu’on avance du nombre qu’il indique (connu à l’avance donc, on le relancera à l'issue du déplacement avant de le reposer) et on prend la ressource figurant là où il est arrivé. Jusqu’à 2 dés peuvent être déjà présents sur cet emplacement. Si tel est le cas, on prend alors autant de la même ressource en supplément. Il va falloir choisir entre des jolis coups qui rapportent beaucoup et ce dont on a vraiment besoin sur le moment ! Il faut en outre prendre en compte le stockage limité de l’atelier : le gaspillage n’étant pas autorisé, pas question de jeter des matériaux pour faire de la place, même s’ils nous encombrent…

Tric Trac

En plus des ressources récupérées il y a la possibilité d’effectuer une action « saisonnière » liée à une guilde. En effet le plateau est divisé en quatre saisons et pour chacune d’elles, 1 carte a été piochée parmi 3 en début de partie. Cela concerne le transport de matériau au printemps (guilde des convoyeurs), leur achat/revente en été (artisans), leur troc en automne (marchands) et un gain de reconnaissance en hiver (clergé).

Tric Trac

 

Y en a des biens ♪

Ce plateau, illustré en ligne clair et décoré dans un style « empire », faussement vieilli, donne un charme indéniable à La Cathédrale Rouge. On apprécie l'attention également apportée au renouvellement des parties : les cartes de guilde, mais aussi les emplacements sur le marché, les tuiles bonus de la cathédrale et la cathédrale elle-même forment des configurations de partie différentes. Notons aussi la présence d’une face « avancée » pour le plateau atelier et d'un mode solo qui vous met en concurrence avec l’architecte préféré du tsar. Les mécanismes sont calculatoires mais pas trop. Disons qu’ils le sont juste ce qu'il faut pour mériter cette estampille « expert » de Iello et qu’ on y retrouve nombre d'éléments qui en font un jeu typé euro, échafaudés de mains de maîtres artisans. Une extension sur les artisans justement, est prévue anglais pour cette année. Avec une boite de dimension identique à la première, elle enrichira le jeu d’un nouveau plateau entre autres choses. Souhaitons au jeu un succès permettant de la voir arriver chez nous.

Tric Trac

 

La Cathédrale Rouge

de Sheila Santos et Israel Cendrero, Illustré par Pedro Soto et Chema Román

Pour 1 à 4 joueurs de 10 ans ou plus

80 min

 


Lucien Malebeste

Commentaires (2)

Default
Immyr
Immyr
Construire une cathédrale? Très peu pour moi, je laisse çà aux militaires....ou aux curés ! Quitte à être rouge je le préfére sur un drapeau !!
kibitzerCripure
kibitzerCripure
Bonjour,
Oui ce Cathédrale Rouge est un excellent jeu !
Merci pour cet article.