Winzenschtark!

Charterstone : là où tout commence...

Charterstone : là où tout commence...

Un plateau étrangement désert, aux confins du royaume, au-dessus duquel flottent de mystérieux îlots de roche, suspendus dans l'air cristallin. Et soudain, là, se distinguent les premiers bâtiments, construits par les colons nous ayant précédé, afin de préparer le terrain. Voici une terre neuve, un monde à bâtir, afin de combler les volontés du Roi Eternel pour... qui... que... heu... c'est vrai ça, au fait, pourquoi on est là ?

 

Au commencement, il n'y avait rien (Jours 1 et 2)

Ou presque, puisque seuls quelques bâtiments indispensables ont déjà été construits. De quoi faire quelques actions où nous poserons nos ouvriers pour engranger des points, marquer des objectifs, ou encore acquérir quelques cartes. Bref, de quoi démarrer sur ces terres vierges, avec juste le nécessaire que le Roi Éternel a juger bon de nous mettre en place. Nous voilà donc à débarquer sur cette Terra Ludica pouvant accueillir de 2 à 6 colons, à nous approprier qui une petite ferme, qui une petite mine, qui quelques stères de bois...

 

Tric Trac

Les grands espaces aussi vierges que mon signe astrologique.
 

Et très vite des lois, que d'aucuns appellent règles, viennent rythmer nos vies. Nos petites journées se voient donc régies par des récoltes de ressources, qui seront soit envoyées sur le continent, de quoi confirmer notre installation avec succès (des points de victoire) ou améliorer notre renommée, soit utilisées pour construire de nouveaux bâtiments. C'est là que se révèlent les pouvoirs mystiques de la Charterstone. Il suffit d'aller se recueillir auprès de la pierre, et par la magie de l'esprit du Jamey Stegmaier, des caisses laissées de nos bâtiments construits surgissent moult nouveautés. De nouveaux plans de bâtiments, tous d'abord, histoire de transformer des trucs en machins, des sous ou des points de victoire ; mais également des assistants, d'autres envoyés du continent, sous forme de cartes, venus ici nous permettre de rentabiliser telle ou telle action, enrichissant notre grand recueil de règles et histoires autocollantes, rendant chaque fois notre aventure plus multiple, passionnante, unique.

Seul petit bémol ? Il nous faut parfois prendre quelques minutes pour tergiverser sur les nouvelles règles, pas forcément toujours d'une clarté brillante, afin de nous assurer les avoir bien comprises. Mais cet écueil est, heureusement, indiqué au début du livret. Il faut prendre quelques minutes pour modifier son schéma de pensée.

 

Tric Trac

Notre livret de règles, aux éléments autocollés de diverses cartes, recelant encore quelques mystères.
 

Et alors que notre village commencent doucement à sortir de terre, la journée touche à sa fin. Nos pions d'influences, nous permettant d'agir sur notre Nouveau Monde, sont en effet bien limités, et presque, pour le moment, impossible à récupérer une fois utilisés dans nos actions de la journée. Nous partons de presque rien, alors pensez bien, bâtir un monde, c'est épuisant ! Après deux jours d'efforts, nous trouvons tout de même la force de nommer nos quartiers, à l'encre indélébile. Chaque jour, acte après acte, ce monde est un peu plus nôtre. En fin de journée, nous collectons les trésors récoltés, fruits de notre dur labeur. Nous marquons nos succès, améliorons nos capacités, afin de conserver, d'un jour sur l'autre, plus d'or, de ressources, de connaissances... Nous apprenons même de nouveaux métiers, rentabilisant mieux nos futurs jours grâce à une spécialisation dans telle ressource, une bonification de tel échange, une amélioration de telle action, personnelle à chaque joueur.

 

Tric Trac

Le quartier de Flying Pumpkins, proche d'un autocollant mal collé qui rend notre plateau encore plus unique.
 

Le Roi a ses raisons (Jours 3 et 4)

En ce troisième jour, le Roi revient à nous. Maintenant que nous avons pu commencer à nous installer, ce dernier va nous demander de remplir quelques menus objectifs. Rien qui ne modifie vraiment nos habitudes, il nous faut construire des bâtiments ou envoyer des ressources au Roi. A la fin de la journée, il ne restera qu'à gratter l'argenterie mystérieuse du Roi, et choisir quelles seront les conséquences de nos actes, en fonction de notre résolution positive ou non de l'objectif royal. Le roi, alors fâché ou heureux d'avoir vu sa requête exécutée ou non, nous enverra de nouvelles règles, de nouveaux bonus ou de nouvelles restrictions.

 

Tric Trac

Une fois un bâtiment construit, il lâche une caisse (en haut à gauche)

Combinés à notre développement personnel (nouveaux bâtiments, nouvelles caisses ouvertes avec la Charterstone), voilà que notre village se garnit de divers choix d'utilisations de ressources. Déjà des stratégies, des chemins vers la réussite et l'approbation royale commencent à se dessiner. Des stratégies que l'on crée tantôt juste pour soit, tantôt pour tous. De cruels dilemmes se posent parfois à nous : vaut-il mieux courir aux points de victoire, et écourter notre journée, ou prendre le temps de développer le village, qui est encore à ses balbutiements de terrassement, au risque de voir une stratégie plus lente nous faire manquer le coche ce jour-ci ? Et après tout, est-ce si grave ? Une journée où notre mérite commerçant ne l'emporte pas est une journée qui nous permettra de mieux nous préparer à la suite. Toute défaite se compense en nous équipant mieux afin de démarrer le lendemain avec plus de matériel que notre voisin, trop occupé à se pavaner dans sa gloire.

 

Tric Trac

Wilmonce et toutes ses casquettes.

C'est alors qu'un moyen, bien qu'encore à ses prémices, apparait afin de nous faire lutter, amis constructeurs, contre les coureurs de points. Notre village de meeples ouvriers et de cartes assistant se peuple désormais également de complices. Ces ouvriers particuliers agissent en douce dans notre quartier, se glissant partout où il faut, bonifiant leurs actions par des bonus variés. Notre village personnel s'est alors retrouvé infesté de chats rapportant ronrons et points de victoire, ainsi que d'une armée de chefs cuistots, dont la tambouille roborative participe à la récupération de jetons d'influence. Outil principal de résolution des grosses actions les plus juteuses, les jetons d'influence récupérés nous permettent de rallonger le nombre d'actions entreprises par jour. Ainsi, nous avons plus de temps pour nous développer, maintenant que nous avons une plus grande maîtrise de notre environnement, et de notre village, à qui nous avons enfin offert un nom.

Tric Trac

Mais cette maîtrise serait-elle éphémère, simple impression qui se révélerait vite voile d'illusion masquant de plus grands périls ? En effet, des dangers recouvrent peu à peu à notre village, s'insinuant entre les rues, menaçant notre santé, la salubrité de nos bâtiments, ou encore la bonne tenue de nos ressources. Nous ne savons pas encore de quoi il retourne, mais cela fait froid dans le dos. D'autant qu'il nous est devenu impossible de fuir : le roi, dont nous commençons à découvrir les terribles secrets entourant son immortalité, a jeté sur notre village un sort. Nous sommes enfermés par une barrière invisible, nous empêchant de repartir, tel un Dôme de Stephen King, les aliens en moins (ouais, t'as vu, je spoile à mort).

Tric Trac

 

Élévation et Mécanisation (Jour 5, 6, 7...)

Bien des choses nous restent encore à explorer.

Nous n'avons encore eu l'occasion d'accueillir de troisième colon, voir de quatrième ou plus encore, dans notre jeune village. Sauront-ils bien s'acclimater ?
Nous n'avons plas non plus essayé la légion d'automates que nous a livré le roi. Ils somnolent dans un hangar, attendant d'être sortis de leur sommeil de fer. Comment pourvoiront-ils au bien-être des quartiers les moins développés ?
Quelques pages de notre livre de règle restent encore vierges. Quelles embûches impossibles ou élévations stratégiques couvriront bientôt ces insondables béances de mystères ?
Quand et comment se déclenchent les kubenbois de danger pastels ?
Quels assistants, amis, ou complices, bâtiments possibles et caisses à notre disposition sont encore à découvrir ?
Que nous réservent les nouveaux caprices du roi, comme sur la discrimination d'hauteur de nos meeples ? Que nous cache-t-il sur le secret de l'immortalité ? Cela a-t-il un rapport avec les îles volantes et la modularité qu'elles vont nous apporter ?
Jesse et James captureront-ils Pikachu ?

Florilège de questions qui restent encore en suspend, et que nous allons, pour sûr, étudier de près lors de nos prochains jours de jeu (du moins presque toutes). Et il se pourrait bien que l'un de ces jours soit retransmis prochainement en TTTV. Quoiqu'il en soit, notre village a planté en quelques jours des bases solides. Il s'apprête maintenant à s'élever, dans l'expérience étrange et plaisante du kubipoussage évolutif.

Tric Trac

 

Journal Intime

Charterstone s’annonce comme un jeu de gestion Legacy… très bien ! Vérifions le bien fondé de cette assertion :

- Jeu de gestion, il l’est ! Agréable qui plus est, que ce soit dans ses mécanismes allant crescendo (les premières parties sont toutes simples mais permettent de se consacrer à la lecture attentive de nos découvertes) tout autant que dans son matériel et ses illustrations pour qui aiment les jeux de ce type.

- Jeu Legacy, il l’est tout autant ! Les parties s’enchaînent et le plateau se recouvre d’autocollants, des cartes sont grattées, des boites sont ouvertes et découvrent du nouveau matériel, de nouvelles règles en même temps que l’histoire se dévoile et se construit. Chaque joueur a sa petite boite à lui, gardant l’héritage, dans son contenu comme dans son extérieur, de son histoire personnel avec le jeu.

Tout ceci donne un sentiment très agréable, « ludique » de fait, d’en même temps, jouer, gérer, et décider du destin de notre quartier, de notre village tout en découvrant la proposition, l’histoire et l’univers dans lesquelles Jamey Stegmaier nous emporte.Tric Trac

Alors soit, un peu « à l’ancienne », viennent percer quelques pensées qui nous font dire que tout aurait pu être fait autrement : les autocollants auraient pu être des jetons dont on garde l’emplacement sur un plan pour « enregistrer » la fin de partie. Les cartes à gratter auraient pu être recto verso, ou dédoublées, pour, à la fin de l’Histoire, repartir à zéro et recommencer une partie à moindre coût (économique et écologie)… Bref, il aurait pu en être autrement, et le prix moins élevée et la rejouabilité plus grande... C'est tout-à-fait vrai ! Mais le plaisir de la surprise et surtout de l'implication dans la partie auraient aussi été autrement. Cela me fait penser aux Kinders : Sans l’aspect définitif de l’ouverture accompagnée de la petite excitation de la surprise... aurait-on acheter le chocolat ? ou le jouet en plastique ?

L'aventure de Charterstone est unique parce qu'elle a été voulue comme telle, et justement pas autrement ! La proposition de Stegmaier et de Matagot pour les joueurs qui y sont sensibles et voudront en goûter les plaisirs a clairement le mérite d'exister. Pour ceux qui ne "mangent pas de ce plateau-là", réjouissez-vous, il y a plein d'autres jeux de gestion extra, sans Legacy... ou d'autre Legacy sans gestion... ou d'autres activités sans jeux ! Allez, je vous laisse, j'ai des pâtisseries à la citrouille que mes chats finissent d'emballer avant de les envoyer au Roi !

 

Cet article a été écrit à quatre mains par Monsieur Guillaume et Winzenschtark
Aucun autocollant n'a été maltraité pour la réalisation de cet article,
à l'exception de celui du tableau des besoins, pour lequel Monsieur Guillaume s'excuse avec un sourire coquin.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cette article

Charterstone
Achetez le sur :
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Commentaires (30)

Default
Seito
Seito
Je me permets de poster un lien vers une vidéo trouvée sur bgg qui a agit comme un révélateur pour moi. J'avais repéré Charterstone en étudiant les sorties prévues pour Essen et j'étais très curieux d'en savoir plus. Or, le caractère legacy ne permettait pas d'en apprendre autant que pour un jeu standard (présentation complète, lecture des règles), la volonté de ne pas spoiler l'expérience étant parfaitement compréhensible. Les premiers retours plutôt négatifs, notamment sur TT, m'ont sorti le jeu de la tête. Par curiosité, j'ai consulté les avis sur bgg, qui étaient beaucoup plus positifs, mais partagés entre une majorité qui apprécie l'originalité de l'expérience, et quelques avis très négatifs de joueurs qui n'y ont trouvé aucun intérêt. Après avoir vu cette vidéo, j'ai pu me faire une idée concrète du déroulement du jeu, et je l'ai commandé dans la foulée. Je pense devoir effectuer un travail de préparation de la campagne auprès des personnes avec qui je souhaite partager l'expérience. J'ai bien l'intention de jouer à 5, voire 6, en espérant que chaque joueur soit suffisamment séduit pour poursuivre l'aventure sur les 12 parties... c'est le plus gros pari. J'ai bien conscience des reproches qui lui ont été fait. Il semble que l'intérêt soit moindre dans les configurations réduites (3 joueurs et moins).

Voici la vidéo en question, en anglais, il est possible d'activer les sous-titres en français :
https://boardgamegeek.com/video/150397/charterstone/charterstone-how-play-watch-it-played

Elle a le mérite de présenter clairement les premières étapes, sans spoiler d'éléments importants. Comme le dit le présentateur, il souhaite donner suffisamment d'informations pour permettre de débuter le jeu en toute confiance. Personnellement, cela m'a totalement convaincu.
jmguiche
jmguiche
Me fiant à des premiers retours mitigés j’avais décidé de passer mon tour sur celui là. Vous me faite douter du coup.
Chips
Chips
Je pense que ça dépend surtout de ton expérience dans les jeux de gestion et de tes joueurs. J'ai un ami qui n'aime pas ça car il n'arrive pas à faire le lien entre ce qu'il doit faire à l'instant T et la construction d'une stratégie à long terme (curieusement ça ne lui fait ça que dans les jeux de gestion), et je pense que pourrais l'accrocher avec Charterstone : commencer en douceur avec peu de règles/possibilités me semble une bonne idée.
Winzenschtark!
Il y a aussi, pour moi, un point important à mettre dans la balance : Charterstone est un jeu de gestion simple. Certes, au fur et à mesure des parties, les nouvelles règles et possibilités vont grandement le densifier, mais il reste tout de même d'un niveau moins ardu et dense qu'un Terra Mystica, ou même un Scythe.
La simplicité de la gestion (du moins, sur la première moitié du jeu) est donc à prendre en considération. Si tu cherche du lourd, passe ton chemin. Charterstone propose autre chose, vivre une expérience de jeu de gestion évolutive. Il n'est donc pas gros joueurs kubipousseurs, mais plutôt un jeu visant à la fois les amateurs de gestion sans trop de cassage de crâne (ou, pour suivre le com de Chips, un bon pas à pas dans le monde des jeux de gestion) ET d'expériences ludiques ovniesque.
LTH
LTH
c'est pour un public familiale, pas vraiment un jeu de gestion.
LTH
LTH
et pas vraiment d'histoire non plus
Winzenschtark!
Ce n'est pas familial non plus. Plus après 4 parties.
Monsieur Guillaume
Si vous êtes Yokohama 9eme dan et romancier, je puis presque comprendre le "pas vraiment un jeu de gestion" et le "pas vraiment d'histoire" mais pour le simple joueur que je suis, gestion, histoire et découverte peu à peu de l'univers comblent parfaitement mes envies de "ludisme en Legacy géré" :D
sebduj
sebduj
Je dis tout comme Guillaume !!!!
Benisa63
Benisa63
Le plateau peut-il être autant rempli (en batiments collés) à la fin des 12 parties avec 2 joueurs qu'avec 4 ou 6 ?
Winzenschtark!
Oui, il le sera en fait totalement, de même que les tuiles modulables. Je ne dois pas trop en dire, mais in fine, tous les bâtiments seront collés.
Une mécanique de développement automatique des quartiers non-joués fait que les bâtiments débloqués en ouvrant les caisses, mais non-construits au moment de leur découverte, seront quoiqu'il arrive ajoutés au plateau une ou deux parties après leur découverte.
Purple Brain
Purple Brain
Je vais me le prendre pour y jouer avec ma fille. C'est quand même une belle histoire à construire à l'heure des jeux aux mécaniques bien senties mais aux thèmes qui font plus ou moins tapisserie. On oublie parfois que le thème est aussi un support, tant dans l'immersion que dans l'appréhension des règles.
Christhiof
Christhiof
Magnifique article Guillaume. Je me suis toujours refusé au legacy mais tu m'as presque convaincu. D'autant que j'adore les jeux de Stegmaier. J'ai envie de savoir la suite. Et qu'en est-il de l'interaction entre joueur ? Coop ou coups vaches ? L'ambiance est elle présente ?
Monsieur Guillaume
Merci mais l'honneur principal en revient à Monsieur Winzenschtark :)
Pour l'interaction entre joueur, que ce soit par la mécanique principal de pose d'ouvriers ou les mécanismes d'objectifs (y compris de parties en parties), elle est bien présente. Chacune de nos parties auront vues pour l'instant des moments cruelles à se décider entre "je vais là, ça m'aide mais lui aussi, en lui rendant un ouvrier" ou "je vais là, c'est moins intéressant mais nada pour lui... et toc" ; ou bien "purée, il fait la course en tête, il va déclencher la fin de partie rapidos, je peux pas me laisser trop distancer, ça m'oblige à faire ça... zut, je voulais bichonner mon quartier, là... argh que faire ?"...
Donc l'ambiance est une bonne ambiance de gestion, à la fois par de l'interaction directe, elle-même double entre la partie en elle-même et les parties suivantes également... Il n'y a pas, pour l'instant, de bastons directes... mais quelques pieds qui traînent pour des petits grincements de dents... :D
Winzenschtark!
Je ne peux que plussoyer mon collègue =)
p-chan
p-chan
Je crois qu'avec charterstone je vais être scotché
Datavinn
Datavinn
Hu-hu :) un jeu d'autocollants !
monkyky
monkyky
Je cite "Quand et comment se déclenchent les kubenbois de danger pastels ?" Préparez-vous, vous allez tomber de haut...mdr ;-P A combien de parties êtes-vous à présent?
Winzenschtark!
Vous me faites tremblez, cher Monkyky.
Tungstène
Tungstène
L'avis très tranché de monkyky sur ce jeu a de quoi refroidir, en effet. En tout cas, il m'a convaincu.
FlashMcQueen
FlashMcQueen
... et si on commence une partie à 2 puis qu'on greffe un 3e, un 4e joueur à la partie ! ça marchera quand même ? ou comme dans un Pandemic Legacy il vaut mieux choisir dès le début des personnes qui suivront l'aventure de bout en bout ?! merciii
TagadaImpact
TagadaImpact
Drapal ! Me pose cette même question...
Monsieur Guillaume
J'avoue qu'à l'heure actuelle, pas encore tout à fait à mi-parcours, je pense qu'il n'est pas aussi évident que cela d'incorporer un nouveau joueur. à la rigueur, si dés le départ des automates sont jouées afin que les quartiers se développent de façon plus équilibré... Sinon, comme les bâtiments construits dans les quartiers apportent des PVs pour la fin de campagne, comme notre coffre personnel se développe également au fur et à mesure des parties, il vaut mieux être là le plus souvent possible... et jouer les automates en cas d'absences.
Winzenschtark!
Il faudrait que l'on fasse au moins la prochaine partie avec automate pour le "préparer" pour un joueur, qu'il ne soit pas trop à la ramasse.
Hors campagne, à la fin des 12 parties, le nombre de joueurs ne posera plus problème.
Après, on peut aisément tricher, au vu de notre appréhension de fion de partie, pour gonfler artificiellement un joueur à notre niveau. C'est un peu comme la "triche" dans un coop, sauf qu'on n'est pas en coop, m'enfin un peu quand même puisque l'on bâtit notre monde.
Harry Cover
Harry Cover
"appréhension de fion de partie, pour gonfler artificiellement un joueur"
cette phrase fait peur
Robin Favier
Robin Favier
Celui-là me taquine méchamment le portefeuille et ce joli article n'arrange rien. Mais ce serait à quatre joueurs... et j'hésite... j'hésite... j'hésite... mais je résiste !
...
En même temps, à cette heure-là, mon dealeur de came cubique est fermé... et il n'est de volonté qui ne s'effrite à l'ouverture des portes des enfers ludiques ! :/
Monsieur Guillaume
à quatre joueurs.... éventuellement avec un ou deux automates... ça doit passer "crème"... :D ;) (je suis déjà parti en fait... :D)
Winzenschtark!
Pas de soucis à quatre joueurs, sans doute plus de "guéguerre" entre joueurs, ce qui n'est pas un mauvais point.
Nos parties à deux sont à la fois tactiques et tendues, et en même temps assez gentilles.
MARKKUS
MARKKUS
Je cherche a savoir si l’on peut avoir une partie avec la boite de base et une partie avec le repack en meme temps
Bertrand Lecomte
Bertrand Lecomte
Cela me parait difficile à cause des ressources, pieces’ dangers’ complices... Ou alors il faut noter ce qu’on garde au lieu de le mettre dans son coffre. Cela me paraît un peu lourd, j’ai renoncé.Le Repak servira à la fin de la première saga.