Boonlake : Rolling on the river

Par KmylleMuzo

Publié le 17 juin • Lecture 4 min. •  1703 vues

Boonlake : Rolling on the river

Avez-vous jamais rêvé d’être un pionnier de la conquête de l’Ouest américain ? Si la réponse est oui et qu’en plus de cela vous aimez les jeux à base de gestion de main, d’exploration et de construction, alors Boonlake est fait pour vous ! Il s’agit du nouveau jeu d’Alexander Pfister, édité par Super Meeple et arrivé troisième de l’Expert game award 2021. Mettez votre stetson, enfourchez votre monture et c’est parti !

 

Le plateau central de Boonlake représente les terres à explorer et la rivière qui les irrigue. Sur cette dernière évoluent les navires des joueurs. Il est complété par un plateau d’actions avec les tuiles correspondantes. Chaque pionnier dispose d’un plateau personnel comprenant sa rivière de production, ses habitants et constructions disponibles ainsi que ses emplacements de leviers. Il prend également quelques pièces, choisit une tuile de scoring et construit un site de production de son choix sur sa rivière.

 

Elle descend la rivière à cheval en bateau

Une partie se joue en deux manches (soit deux fois la descente de la rivière du plateau central), chacune étant composée de deux décomptes intermédiaires, et se termine par un décompte final. Lors de son tour, le joueur choisit l’une des 7 tuiles Action du plateau éponyme et la réalise. Les tuiles Action lui permettent de poser ou de défausser une carte (contre des pièces) d’un certain type, puis de réaliser seul une action. Pour finir, tous les joueurs peuvent faire la dernière action proposée. Il n’y a ainsi jamais de temps mort dans la partie.

 

Tric Trac

Les tuiles Action - crédit photo : Super Meeple

 

Le joueur actif avance ensuite son navire sur la rivière commune d’au moins une case, et au maximum du nombre indiqué à côté de la tuile Action choisie. Cette étape est très importante, car c’est le déplacement de ces pions qui déclenche les décomptes intermédiaires et la fin de manche. Choisir sa vitesse de déplacement est donc capital pour obtenir les bonus indiqués sur les cases de la rivière, mais aussi pour avoir l’opportunité de jouer un coup de plus avant un décompte, ou au contraire pour le déclencher plus vite. Enfin, le joueur actif replace la tuile Action activée en bas de la pile et la fait glisser vers le haut pour combler le vide.

 

Apprendre à bien placer ses pions

Les tuiles Action vous permettent d’abord de poser des cartes. Ces dernières ont un coût en pièces et en matériaux. Les matériaux sont produits le long de votre rivière personnelle et vous pouvez les obtenir en positionnant vos canoës en face des lieux de production. Vous pouvez les faire avancer le long de votre rivière d’autant de cases que vous le souhaitez gratuitement, cependant vous devez payer pour leur faire remonter le cours d’eau ; il faut donc bien réfléchir avant de les bouger au risque de payer trop souvent ce coût. Les cartes vous octroient des bonus immédiats (augmentation de revenus, gain de pièces, etc), des bonus permanents actifs tout au long de la partie et des bonus de points en fin de partie.

 

Tric Trac

Quelques cartes et leurs effets - crédit photo : Super Meeple

 

Les tuiles Action autorisent aussi les joueurs à poser des éléments sur le plateau central pour gagner divers bonus : des tuiles Exploration (qui donnent un bonus lors de la pose et sont des espaces constructibles ou de pâturage) ; des habitants issus de votre plateau personnel ; de remplacer un habitant par une maison issue de votre plateau individuel, ou une maison par un village ; ou de poser l’un de vos bovins sur un pâturage. Les actions permettent enfin de gagner des leviers à placer sur les actions correspondantes de votre plateau personnel en payant le coût ou d’activer les bonus de régions du plateau central tout en gagnant des pièces pour vos éléments dans les régions restantes.

 

La course au score

Lorsque le navire d’un joueur dépasse une écluse, un décompte intermédiaire a lieu à la fin de son tour. Tous les joueurs peuvent alors faire 2 actions parmi jouer une carte ou faire évoluer une construction sur le plateau. Puis, ils doivent marquer des points sur les tuiles de scoring choisies en début de partie, ou en perdre s’ils ne remplissent pas les prérequis (une tuile différente à chaque manche, dans l’ordre de leur choix). Ils reçoivent ensuite leur revenu en pièces et en cartes selon leur avancée sur ces pistes et les espaces libérés sur leur plateau personnel. S’ensuit une phase de nettoyage.

 

Tric Trac

Un plateau personnel, ses meeples à poser à gauche et ses emplacements de leviers à droite - crédit photo : Super Meeple

 

Lors du décompte final, les joueurs marquent également des points pour le nombre de leviers qu’ils possèdent, leurs cartes de fin de partie et les éléments retirés de leur plateau personnel. Celui avec le plus de points l’emporte !

 

Un bon Pfister

Boonlakereprend les mécaniques chères à son auteur (gestion de main, déblocage d’éléments sur le plateau individuel, cheminement sur une piste à étapes) tout en intégrant de nouvelles idées (les tuiles Action notamment). Le matériel est qualitatif avec les plateaux double couche, les cartes toilées et les meeples en bois de formes différentes. Petit regret sur le thème qui reste à mon sens plaqué. L’interaction est moins présente à 2 joueurs qu’à 4 mais la tension est bien là, surtout en fin de partie !

 

Tric Trac

Situation du plateau central en fin de partie à 3 joueurs - crédit photo : Super Meeple

 

L’iconographie est très claire et les tours fluides grâce à ces tuiles Action qui font que l’on joue à chaque tour, même quand ce n’est pas le nôtre. Les amateurs de jeu en solitaire apprécieront la présence d’un automa à affronter. J’ai beaucoup aimé ce nouveau Pfister qui reste un de mes auteurs favoris, donc si ses titres précédents vous ont plu, foncez !

 

Fiche technique

Éditeur : Super Meeple

Auteur : Alexander Pfister

Illustrateurs : Klemens Franz

Nombre de joueurs : 1 à 4 joueurs

Âge : 14+

Durée : 60 à 150 minutes

 

Et pour rester dans l'ambiance : on met de la musique country et je vous suggère le groupe a cappella Home Free et notamment Man of constant sorrow (je me garde leur medley de Sea Shanty pour Maracaibo ^^).


KmylleMuzo

Commentaires (5)

Default
ombrelame
ombrelame
alors pour le coup celui là ne me tente pas du tout et ton article me le confirme Kmylle. Entre le thème pas bien présent et qui ne m'attire pas du tout et l'empilement de mécas, je crois que trop de Pfister tue le Pfister :-P j'ai déjà de quoi m'occuper avec Maracaïbo et Expedition à Newdale ;-)
KmylleMuzo
KmylleMuzo
Clairement ce n'est pas mon préféré. Il ne détrônera pas Great western trail ou Maracaibo. Mais ça reste un bon jeu et on a une impression de confort quand on connaît l'auteur.
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
J'ai apprécié mais continue de trouver, un peu comme morlockbob finalement, que les mécaniques empilées mériteraient d'être épurées. Je comprends qu'on puisse apprécier se frotter au défi intellectuel de maîtriser l'empilement mais apprécie bien d'avantage l'intelligence d'en faire quelque chose de plus ramassée et tout aussi intellectuellement titillant :)
morlockbob
morlockbob
chouette jeu, il aurait mérité un peu d'épure.
je le trouve un peu bizarre ce far west, non ?
KmylleMuzo
KmylleMuzo
Oui, le thème est très particulier, vraiment plaqué à mon sens. Après, les goûts et les couleurs... Mais la mécanique est sympa et au final c'est ce que je viens chercher dans ce genre de jeu.